Des nouveautés, des infos pratiques, des tests ...

id = "FBMainForm_2770307" action="/le-blog-de-papy-connect-.html" method = "post" onsubmit = "return false" >
LE BLOG DE PAPY CONNECTE

QUAND LES SENIORS SE METTENT EN COLOC'
par altergo34 on 

 Après les colocations entre étudiants, les colocations intergénérationnelles, une autre forme de logement partagé émerge en France. Certains seniors, plutôt que de vivre seuls, décident d’emménager ensemble, comme en région lyonnaise, où des personnes âgées de plus de 50 ans ont créé une coopérative pour éviter d’aller en maison de retraite.



C’est sa voisine octogénaire qui lui a donné l’idée de se lancer. « Elle était mobile, sortait régulièrement pour rencontrer des gens, explique Marie Magne, cofondatrice de LocaSeniors. Mais de la voir seule était un peu triste…» Elle a donc sauté le pas grâce à l’aide de son mari, développeur web.


L’intérêt du site, sorti au début de l’année 2017, est de mettre en relation des jeunes seniors, âgés de 55 à 70 ans, pour qu’ils se rencontrent et forment, pourquoi pas, une colocation. Près de 100 personnes ont déjà créé un compte sur la plateforme. La plupart d’entre elles cherchent un logement partagé. Elles sont encore peu nombreuses à proposer leur habitation pour accueillir une ou des colocataires. « Il s’agit aussi, en grande majorité, de femmes », ajoute la fondatrice de LocaSeniors.



Cela commence à bouger


Les utilisateurs peuvent échanger sur le site via des messages privés, rédiger une présentation d’eux-mêmes, parler de leurs préférences sur leur profil, comme sur un réseau social. Or, les initiateurs de LocaSeniors, qui se trouvent dans le Val d’Oise, en région parisienne, privilégient le contact humain. Ils souhaitent organiser des apéros pour que les prétendants à la colocation discutent entre eux. La première date proposée ? Le 10 mars, à Paris.

En France, ce type de logement partagé reste méconnu. « Des coloc’ de seniors, on en voit davantage dans les pays anglo-saxons et dans le Nord de l’Europe, pas encore chez nous », explique Marie Magne. Or, selon elle, « ça commence à se développer ». Tant mieux : pour l’Insee, dans trois ans, 26 % de la population atteindra l’âge de 60 ans et il seront 32 % en 2050. Alors, sur la toile, quelques plateformes se positionnent, comme Colocation-adulte, et proposent à des mères ou des pères, dont les enfants viennent de quitter le logement familial, ou à des pré-retraités de se regrouper pour former des coloc’.


En premier lieu, les motivations peuvent être financières, puisque les frais du loyer et des charges sont partagés. Mais il n’y a pas que ça. D’après Marie Magne, les candidats ont également « cette envie d’éviter l’isolement, de rencontrer de nouvelles personnes, de tisser du lien social. Par ailleurs, « il est possible que certains recherchent un ou une partenaire », sourit Marie Magne, qui assure ne pas encore connaître les raisons qui ont poussé les internautes à se créer un compte sur son site, mais qui s’est documentée pour se lancer.





[ ] Commentaires     Lien Permanent     Ajouter Commentaire

Et si on jouait?
par altergo34 on 



[ ] Commentaires     Lien Permanent     Ajouter Commentaire

Les séniors et les nouvelles technologies
par altergo34 on 


source: journaldunet.com

[ ] Commentaires     Lien Permanent     Ajouter Commentaire

Téléphones mobiles pour seniors
par altergo34 on 
Moins de fonctionnalités et plus simple à utiliser

Baladeur musical, accès à Internet, GPS... Les téléphones mobiles récents savent tout faire ou presque. Mais cela n'intéresse pas nécessairement tout le monde. Les seniors, en particulier, recherchent le plus souvent des mobiles simples et adaptés pour principalement téléphoner. Voici les points à vérifier avant d'en choisir un.


La frénésie actuelle autour des téléphones mobiles intelligents, ou smartphones, qui en font toujours plus dans des formats compacts, laisse de côté une large frange d'utilisateurs. Ceux qui n'ont que faire de la rapidité du réseau, de la résolution du capteur photo ou de l'espace de stockage disponible. Ceux pour qui le téléphone doit répondre à l'essentiel : permettre de téléphoner sans difficulté. Certains constructeurs l'ont compris et se sont spécialisés dans les des téléphones mobiles pour seniors (Amplicomms, Doro, Emporia notamment), qu'ils vendent entre 40 et 130 euros.

On trouve aujourd'hui des modèles très réussis esthétiquement, dans des couleurs variées, et plusieurs formats cohabitent (à clapet, monobloc). Au-delà du design, la largeur et l'espacement des touches, ainsi que la taille de l'écran, doivent permettre à l'utilisateur de manipuler le téléphone sans difficulté. Ensuite, l'idéal est de disposer de téléphones allumés avant de faire son choix. Cela permettra de contrôler deux éléments essentiels : la lisibilité de l'écran (le contraste est généralement plus prononcé que sur des modèles classiques, et les caractères plus gros), et la simplicité des menus.

Sur ces téléphones, le volume sonore est souvent poussé pour convenir aux personnes souffrant de troubles de l'audition. Parfois, les téléphones sont même compatibles avec les appareils auditifs équipés d'une bobine T. Un signal induit par le téléphone et transmis à l'appareil réduit les interférences. Mais cette fonctionnalité n'est pas toujours mise en avant sur l'emballage.

Des notices d'utilisation qui laissent à désirer

Plusieurs modèles sont équipés d'un bouton d'appel d'urgence. Rassurante et pratique, cette fonction permet de déclencher un appel vers le destinataire de son choix, sélectionné au préalable, en cas de besoin.

À noter ensuite, les constructeurs ont pris l'habitude de réduire au strict minimum, voire au néant, les notices d'utilisation imprimées. Certes, cela permet d'économiser du papier, mais cela prive également les seniors d'une précieuse source d'information. La notice des téléphones pour seniors n'est pas toujours claire et lisible, c'est un point à vérifier si pour vous elle est importante.

Enfin, certains modèles sont livrés avec une base, comme un téléphone sans fil. Elle s'avère très pratique pour recharger son téléphone (il suffit de poser le téléphone dessus, pas besoin de connecter un câble au téléphone) et de disposer d'un emplacement de référence.

[ ] Commentaires     Lien Permanent     Ajouter Commentaire

la tablette tactile en maison de retraite
par altergo34 on 


La tablette tactile est une nouveauté appréciée des patients :

L’introduction de la tablette tactile au sein des maisons de retraite a fait le bonheur des résidents ! Innovant, Frais, nouveau, cela leur plait, et il faut le dire, cela a un côté « magique ».

En effet, le projet d’animation en maison de retraite ou EHPAD est essentiel pour maintenir la joie de vivre et le bonheur entre les résidents, le personnel, les intervenants et leur famille.  La tablette est alors apparue comme un outil de médiation entre le personnel et les résidents, mais aussi les résidents et leur famille, qui peuvent désormais jouer avec leur parents quand ils viennent les voir, ou leur envoyer simplement des photos et messages à distance.

Différentes façons d’utiliser la tablette

Chaque établissement utilise les tablettes à sa manière, et voici les différentes façons de l’utiliser:

– en atelier collectif avec plusieurs tablettes ou avec une tablette projetée sur un grand écran pour que tout le monde puisse participer.

– en atelier individuel, notamment lorsque les résidents ont besoin d’être stimulé sur une fonction en particulier, ou s’ils n’aiment pas participer aux activités collectives.

– en unité protégée, avec les jeux dédiés

– au PASA et Accueil de jour

– en libre accès, pour les résidents quand ils le réclament ou pour les familles lorsqu’elles viennent leur rendre visite.

Plusieurs professionnels l’utilisent

Plusieurs professionnels de l’établissement sont intéressés par l’utilisation de la tablette, avec chacun son angle d’attaque:

– les animateurs

-les psychologues et psychomotriciennes, dans le cadre de leur ateliers mémoire

– les médecins coordinateurs peuvent suivre les statistiques individuelles sur la plateforme web.

– les AMP et aides-soignantes à qui on demande de plus en plus de participer à l’animation, peuvent très facilement réaliser des quizz de culture générale ou des quizz musicaux sur la tablette et prendre plaisir à jouer avec les résidents !

Les objectifs de notre programme d’animation

– Stimuler les fonctions cognitives de vos résidents (fonctions exécutives, attention, concentration, stratégies d’apprentissage, …).

– Rompre l’isolement et favoriser le lien social & l’intergénérationnel

– Prévenir et repérer les fragilités

– Susciter la curiosité et l’envie de jouer


pour plus de renseignements:


http://www.dynseo.com/fr/

[ ] Commentaires     Lien Permanent     Ajouter Commentaire

LUCETTE, 86 ans, joue à un jeu de stimulation sur tablette tactile
par altergo34 on 



PHONE-SERVICES fait tester des applications de stimulation cognitive sur tablette tactile

Posté par Phone-Services sur vendredi 18 décembre 2015





[ ] Commentaires     Lien Permanent     Ajouter Commentaire

Niveau expert!
par altergo34 on 



[ ] Commentaires     Lien Permanent     Ajouter Commentaire

Une perche à selfie à fabriquer vous-même....
par altergo34 on 

Idéal pour offrir à Noël!!

[ ] Commentaires     Lien Permanent     Ajouter Commentaire

Un peu trop en avance...
par altergo34 on 

[ ] Commentaires     Lien Permanent     Ajouter Commentaire

Les 7 règles d’or de la vision sur écran
par altergo34 on 



Voici quelques règles simples et quelques outils pas chers qui peuvent aider à très vite se sentir mieux…



1 : Faites un examen de vue. Après plusieurs heures devant l’écran, le moindre défaut visuel mal corrigé peut provoquer une forte gêne. Consultez régulièrement votre ophtalmologiste, faites corriger votre vue, … et portez vos lunettes!

2 : Soignez l’éclairage. Une lumière trop vive est une source de gêne. La lumière ambiante ne doit pas être excessive. Le niveau de lumière idéal pour la lecture ou le travail sur écran est moindre que celui exigé pour un travail d’écriture ou de bureau. Filtrez la lumière extérieure (rideau, stores). Eloignez l’écran des fenêtres.

3 : Eliminez les reflets. La réverbération sur le bureau, le sol, les murs, et les reflets sur l’écran même altèrent le contraste visuel. Essayez d’éliminer les sources de lumière à l’origine de ces reflets. Utilisez une protection antireflet.

4 : Réglez votre écran. Regardez cette page et observez le fond blanc. S’il semble « éclairé » comme une lampe, baissez la luminosité. Si le fond parait gris et terne, il faut peut-être monter la luminosité. Attention de bien régler la taille des caractères.

5 : Clignez des yeux. Des études montrent que nous clignons 5 fois moins des yeux devant l’écran. Conséquence : le film de larme qui couvre et lubrifie la cornée s’évapore sans se renouveler. D’où l’apparition d’une sensation de « brûlures des yeux » ou d’oeil rouge » après plusieurs heures devant l’écran. Faites des pauses régulières et pensez à cligner des yeux. En cas de sensibilité extrême, demandez un test de larme à votre ophtalmologiste.

6 : Faites des pauses. Les muscles de vos yeux et de votre corps ont besoin de se détendre. Faites des pauses régulières. Profitez en pour vous lever, marcher, respirer par le ventre et regarder des objets éloignés. Bougez et détendez vos épaules, bras, jambes, votre cou et votre dos.

7 : Aménagez votre poste de travail. Si vous regardez alternativement écran et documents écrits, placez les documents sur un pupitre installé à coté de l’écran. Utilisez une lampe qui éclaire les documents sans éclairer ni l’écran ni vos yeux. Réglez correctement la hauteur et l’inclinaison de votre écran et de votre chaise. La position de l’écran ne doit pas contraindre vos yeux à regarder « vers le haut ».

[ ] Commentaires     Lien Permanent     Ajouter Commentaire

 

PAIEMENT SECURISE



PAIEMENT SECURISE



PAIEMENT PAYPAL SECURISE